Pays baltes : Estonie - Lettonie - Lituanie

GUIDE DES PAYS BALTES
Actualités
Adresses utiles
Agences de voyages
Boutiques
Cartes
Cies aériennes
Économie
Livres
Téléphoner
Formalités
Voyage

ARTS ET TRADITIONS
Ambre balte
Art et traditions
Pêche
Gastronomie
Langues
Personnalités
BOUTIQUE FRANCE-CEI-PAYS BALTES
Apprenez le lituanien !

Simple, amusant et multimédia ! Si vous n’avez pas le temps d’apprendre une langue de manière professionnelle, mais que vous souhaitez acquérir tout de suite les rudiments de la langue, ce Cd-Rom est pour vous... Cliquez ici !

NEWSLETTER
Votre adresse Email:
Votre nom:
Inscription
Désinscription

 

Accueil Annonces Boutiques Club Emploi Espace Pro Forum Livres Voyage
ESTONIE
ESTONIE
LETTONIE
LETTONIE
LITUANIE
LITUANIE

Actualités

Culture

Diplomatie

Économie

Livres

Politique

Société

Culture





IMPRIMER
IMPRIMER


 

Une cure de KGB pour nostalgiques du communisme

Pour la jeune génération, qui a déjà oublié les horreurs du communisme, un groupe de théâtre lituanien a produit un spectacle où les spectateurs sont transformés durant trois heures en prisonniers du KGB.

"Ces quelques heures doivent être la quintessence de l’époque soviétique", explique la productrice Ruta Vanagaite, qui a monté le spectacle, censé se dérouler en 1984, dans un ancien bunker à Naujasode, à 25 km de Vilnius, la capitale lituanienne.

Le bunker abritait les émetteurs de secours de la radio et télévision soviétiques du temps de l’URSS. Avant de plonger à quatre mètres de profondeur, le visiteur avale un café bouillant et enfile une foufaïka, grosse veste de coton ouatée, arme indispensable contre les rigueurs du froid sibérien. Dès lors, le visiteur n’est plus qu’un homo sovieticus qui ne peut répondre que de deux manières aux injonctions en tout genre : "tak totchna" (oui, bien sûr) ou "nikak niet" (non, pas du tout).

Tout commence par le salut au drapeau de l’URSS et une série d’exercices physiques. Un officier du KGB, un acteur professionnel, et son berger allemand surveillent la cadence des génuflexions. Les ordres se mettent à pleuvoir, en russe uniquement. Le camarade-prisonnier doit écouter les discours officiels du 1er mai, à la gloire du communisme mondial et rendre un hommage aux ouvriers métallurgistes et au glorieux peuple cubain. L’interrogatoire est la séance la plus éprouvante.

Tout le groupe est face au mur, les mains en l’air. Un des prisonniers est choisi au hasard. L’officier du KGB arrive sans problème à lui faire avouer qu’il a volé des produits dans l’usine où il travaille. Gare à celui qui serait tenté de se rebeller ! Le bunker dispose de son propre cachot. "La moitié de la population du pays (qui en totalise 3,4 millions) regrette l’époque soviétique et près d’un demi-million de jeunes Lituaniens n’ont jamais connu cette époque", explique Ruta Vanagaite pour justifier ce spectacle. "Au terme de la visite, ils doivent sentir qu’on est rien dans un tel régime autoritaire, ils doivent se rendre compte du chemin parcouru depuis dix-sept ans", ajoute-t-elle.

Quelque 360.000 Lituaniens ont été emprisonnés, tués ou déportés au goulag en Sibérie ou en Asie centrale après l’annexion de la Lituanie par l’URSS pendant la période la plus dure des années 40 et 50. La Lituanie, qui est maintenant membre de l’UE, a retrouvé son indépendance en 1991. Les écoliers, très nombreux à venir, n’ont droit qu’à une version édulcorée. Les visiteurs adultes, eux, doivent signer une décharge, leur notifiant qu’ils s’exposent à des brimades. Lors de la séance à laquelle assistait l’AFP, une personne âgée a été exclue après avoir refusé de s’agenouiller et avoir commencé à frapper l’un des acteurs.

Une fois à l’extérieur, elle a appelé la police pour dénoncer les mauvais traitements infligés. A la fin, les spectateurs ont droit à un collation toute soviétique : du boeuf en conserve et un verre de vodka. "Les jeunes doivent venir pour ressentir un tout petit peu ce que nous avons vécu", explique Jolanta, une enseignante d’une quarantaine d’années. Dans le labyrinthe du bunker, l’instinct grégaire des visiteurs prend le dessus. "C’est justement ce que je veux montrer aux jeunes, qu’à cette époque, eux aussi auraient suivi le mouvement et ne se seraient pas comportés autrement que leurs parents", explique Ruta Vanagaite.

jeudi 23 octobre 2008

© Pays-baltes.com, tous droits de reproduction et de diffusion réservés.


 

Dans la même rubrique :


Articles récents :

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 770

Pour en savoir plus,
visitez la librairie

SLAVIKA!


 


Pour envoyer un E-mail, cliquez ici svp !